Actualités

minds talk #04 <br>— vivre sa vie ou la subir
minds talk

minds talk #04
— vivre sa vie ou la subir

Dans la continuité du dossier C’est pas que la dans tête! qui met en lumière l’influence déterminante de notre environnement socio-économique sur notre santé mentale, les minds talks reviennent avec une quatrième édition : vivre sa vie ou la subir, est-ce que vivre dans une société riche rend heureux.se? 

Organisé en partenariat avec Après-ge, le réseau de l’économie sociale et solidaire, ce nouveau talk aura lieu le 15 octobre au Café Les Savoises. Les minds talks sont des discussions ouvertes à toutes et tous, avec des intervenant.e.s inspirant.e.s et un apéro offert.

Est-ce que vivre dans une société riche rend heureux.se? 

Pourquoi, dans notre société avancée et matériellement abondante, une personne sur quatre souffre d’un problème de santé mentale? Pourquoi productivité, PIB et pouvoir d’achat ne sont-ils pas syno- nymes de bien-être pour toutes et tous? 

La promesse d’un monde meilleur qui viendrait d’une économie alternative, décroissante, sociale et solidaire, est-elle également une promesse d’une meilleure santé mentale? 

Parce que la santé mentale, c’est pas que dans la tête, ce minds talk #04 questionne les liens entre prospérité, modèles économiques et santé mentale.

Intervenant.e.s 

  • Mathilde Bourrier, professeure de sociologie à l’université de Genève, spécialisée en sociologie des organisations et du travail
  • Christophe Dunand, directeur général de Réalise et co-fondateur d’Après-Ge
  • Modération par Anne-Marie Trabichet, directrice de minds et Caroline Piffaretti, responsable Pôle emploi et formation chez Après-Ge

minds talks?

Cette quatrième édition des minds talks fait partie d’une série d’événements organisés par minds, en partenariat avec d’autres acteurs concernés, pour questionner ce qui fait une population en bonne santé mentale, et provoquer la rencontre de celles et ceux qui y contribuent.

minds talk et COVID

Dans le respect des mesures sanitaires, les dispositions suivantes sont prévues: 

  • Collecte des informations personnelles des participant.e.s via ce formulaire d’inscription (les données seront détruites 1 semaine après l’événement)
  • Nombre de places limité à 40 personnes
  • Port du masque si les distances ne peuvent pas être tenues sur place (1,5m entre les personnes)
  • Rejoindre l’événement Facebook

Et si notre état psychologique n’était pas le fruit de notre seule responsabilité individuelle ?

Découvrez notre nouveau dossier
C’est pas que dans la tête!