Actualités

Les étudiant.es, dernières victimes du Covid-19
Covid-19

Les étudiant.es, dernières victimes du Covid-19

La connexion, ce n’est pas un lien suffisant !  L’isolement de beaucoup d’étudiant·es, en Suisse et ailleurs, dû aux restrictions sanitaires, fragilise grandement la santé mentale de la population étudiante, particulièrement vulnérable.

De nombreux facteurs de risque

  • cours entièrement en ligne
  • problématique de l’encadrement et du suivi pédagogique à distance
  • impossibilité de se rassembler dans les lieux habituels
  • limitation des contacts
  • précarité économique grandissante liée à la perte ou la pénurie de jobs d’étudiant·e
  • absence de projection à moyen et long terme

C’est ce que montrent les résultats de l’étude CONFINS, faite sur l’impact du COVID-19 et du premier confinement en France sur la santé mentale des étudiant·es et celle du reste de la population. Il en ressort que “la population étudiante avait environ 50% de risques en plus de connaître une détérioration de sa santé mentale pendant le confinement par rapport aux autres adultes".

Selon l’équipe de recherche, “il est à présent urgent de mettre en place des services de prise en charge psychologique au sein des universités et des structures d’aide pour cette population. Elle recommande également de développer et d’améliorer les services d’aide en ligne pour les étudiant·es et d’augmenter les capacités des permanences téléphoniques."

Où trouver de l’aide en cas de besoin?

Sommes-nous seul.e.s responsables de notre
santé mentale?

Découvrez notre dossier — C’est pas que dans la tête!