Actualités

Là pour les autres
Blog

Là pour les autres

Le 10 septembre a eu lieu la Journée Mondiale de la Prévention du Suicide. minds profite de cette occasion pour mettre en lumière l’acteur local STOP SUICIDE. Cette année, la campagne 2021 de Stop suicide #làpourtoi met à l’honneur ses bénévoles à travers une série de portraits vidéo et nous rappelle le rôle fondamental de l’entraide et des relations humaines. Chaque semaine à partir du 6 septembre, STOP SUICIDE partagera le portrait d’un.e bénévole sur facebook et instagram.

STOP SUICIDE a été fondée en 2000 par des collégien.ne.s genevois.es confronté.e.s au suicide d’un camarade et au silence des adultes et des institutions. L’association, aujourd’hui devenue professionnelle, est reconnue d’utilité publique et s’engage pour prévenir le suicide des 15-29 ans par différents projets.

Une campagne dédiée au bénévolat

La Journée Mondiale de Prévention du Suicide a été lancée en 2003 par l’OMS et l’Association internationale pour la prévention du suicide pour lutter contre ce problème majeur de santé publique. Le suicide fait 700’000 de morts par an dans le monde. En Suisse, il est la première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 29 ans.

“Les personnes qui ont pensé au suicide (…) ça peut être n’importe qui, ça peut toucher tout le monde” – Nicolas

C’est justement cette semaine du 10 septembre 2021 que STOP SUICIDE a choisie pour démarrer sa nouvelle campagne, qui met à l’honneur l’équipe des bénévoles de l’association.

Les liens qui nous unissent

Les bénévoles remplissent des tâches variées, notamment lors de séances de brainstorming ou d’événements. Au-delà de leurs contributions pratiques, les bénévoles incarnent le slogan de l’association: #LÀPOURTOI. Chaque membre du groupe est formé pour identifier les personnes à risque suicidaire et pouvoir leur venir en aide. Ils et elles deviennent ainsi des relais de la prévention auprès de leur propre entourage, contribuant à étendre le réseau de soutien pour les personnes en difficulté.

“Ce qui m’a le plus plu c’est justement ce partage, qui je pense aurait été moins authentique si je n’avais pas eu les outils apportés par STOP SUICIDE, et surtout j’ai eu l’impression d’avoir pu lui être utile” – Benjamin, bénévole

Il ne faut pas sous-estimer l’importance de la participation de chacun et chacune à la prévention. Même s’il existe bien sûr des structures officielles auxquelles nous pouvons faire appel dans les moments difficiles, nous bénéficions tout autant de l’aide des personnes qui nous entourent dans notre vie quotidienne. La société repose sur une multitude de liens entre les gens, prêts à se soutenir mutuellement. Ces relations existent entre ami.e.s, membres de la famille, mais parfois aussi entre voisin.e.s ou collègues, voire entre inconnu.e.s.

Le bénévolat est un exemple de cette ouverture vers l’autre, cette volonté d’être là quand les choses vont bien comme quand elles vont moins bien.

Comme le dit la campagne de STOP SUICIDE, “nous sommes toutes et tous acteur-ice-x de la prévention”. Les bénévoles, mais aussi nous, le public, pouvons contribuer à lutter contre le suicide. La première étape, et la plus importante, est d’avoir envie d’être là pour les autres.

“Il y a un garçon qui avait eu des pensées suicidaires qui est venu se confier à moi, on a beaucoup discuté, et je sais aussi que ça l’a beaucoup aidé. Et c’est à ce moment là que je me suis rendue compte que même une personne qu’on ne connaissait pas du tout pouvait être à l’écoute.”
Laure, bénévole

La magie des relations humaines

La beauté des relations d’entraide, c’est qu’elles sont bénéfiques pour toutes les personnes qui y participent. Bien sûr, c’est une expérience positive pour la personne qui reçoit de l’aide. Mais ça l’est aussi pour celle qui la donne! De nombreuses études montrent qu’aider autrui diminue l’anxiété, les problèmes de sommeil, la dépression, et augmente le sentiment de satisfaction de la vie, le bonheur, et l’estime de soi.Une précision tout de même, trop d’altruisme peut être néfaste pour la santé et peut parfois conduire au burn out ! En réalité, deux heures de bénévolat par semaine suffisent pour en ressentir les bienfaits.

“Le bonheur est quelque chose qui s’acquiert en le donnant” – François, bénévole

minds s’implique pour favoriser ces échanges humains fondamentaux. ​​Si encourager à parler de ce qui ne va pas est un leitmotiv de la promotion de la santé mentale, il n’est pas toujours évident de trouver, de l’autre côté, une véritable écoute. Qu’elle semble anodine, ou qu’on la croie réservée aux psys, l’écoute est une vraie rencontre, un pont entre soi et l’autre. En réponse à la crise sanitaire que nous traversons, La Main Tendue et minds s’associent autour d’un projet de cercles d’écoute.

Savoir être à l’écoute

Alors que peut-on faire pour venir en aide à quelqu’un ? Être là, disponible, prêt.e à tendre l’oreille. Cette démarche, qui peut paraître simple, est une véritable rencontre, un pont entre soi et l’autre. La plupart des bénévoles interrogé.e.s s’accordent sur le fait que, quand on va mal, il est essentiel de le dire à quelqu’un.

“Si j’ai un conseil à donner à quelqu’un qui ne va pas bien et qui a des envies suicidaires, même si je sais que c’est très difficile, c’est ‘parles-en autour de toi!’” – Bruno, bénévole

Pour chaque personne qui ose se confier, il doit y avoir une personne prête à l’écouter. L’écoute n’a pas pour but de conseiller, de résoudre, de débattre, mais seulement de recueillir ce que l’autre souhaite partager, sans jugement.

“Pour me ressourcer (…) ce qui m’aide énormément c’est de téléphoner à ma meilleure amie, pas pour qu’elle essaie de trouver des solutions à mes problèmes, mais juste pour que je puisse me confier.” – Nicolas, bénévole

Cette campagne, en plus de saluer l’engagement des bénévoles de STOP SUICIDE, nous rappelle également à quel point nos relations aux autres comptent. Si nous en avons les ressources, faire du bénévolat ou apporter son soutien à un.e proche en difficulté peut faire des miracles pour nous comme pour autrui. C’est d’autant plus le cas dans le cadre de la lutte contre le suicide, où un peu d’attention à l’autre peut parfois sauver une vie.

“Faire partie de STOP SUICIDE, ça m’a apporté le sentiment d’être utile.” – Iana, bénévole

Cet automne, mettons en valeur les relations sociales ! minds publiera dans quelques semaines son prochain dossier, qui porte sur l’importance du contact humain pour notre santé mentale.

Où trouver de l’aide en cas de besoin?

Sources

  • WHO, Suicide
  • Post S.G. (2011), It’s good to be good: 2011 5th annual scientific report on health, happiness and helping others, The International Journal of Person Centered Medicine, 1(4), 814-829