Actualités

Les hommes AUSSI ont une santé mentale
Articles

Les hommes AUSSI ont une santé mentale

Un homme* se doit d’être solide, de ne pas pleurer et de protéger ses proches. Des clichés dangereux, qui font passer les hommes pour des robots sans émotion, et dont le bien-être psychique ne compte pas. Pourtant, eux aussi, ont une santé mentale ! S’il est vrai que statistiquement, les femmes souffrent plus de troubles psychiques que les hommes (lire notre article sur le sujet), cela ne signifie pas pour autant que ces derniers ne souffrent pas. Il est par ailleurs probable que les problèmes de santé mentale des hommes soient sous-évalués.
Avertissement: cet article aborde le sujet du suicide, vous trouverez une rubrique “besoins d’aide" en fin de page.

Vous êtes un homme ?
Nous avons besoin de vous !
Participez à notre enquête c’est briser les tabous et agir pour votre santé mentale !

Demander de l’aide, être soutenu et soutenir

Les études démontrent que les hommes demandent moins souvent de l’aide que les femmes, que ce soit à des professionnel.le.s de la santé, ou à leur entourage proche. Les stéréotypes de genre que la société leur renvoie tendent à les convaincre qu’ils doivent pouvoir se débrouiller seuls, et que demander de l’aide serait faire preuve de faiblesse. Ainsi, la peur des moqueries, la honte et la volonté de “s’endurcir” amènent bien souvent les hommes à rester seuls avec leur soucis, ou à les minimiser, des comportements délétères pour la santé mentale.

Cette difficulté à demander de l’aide s’incarne également dans un manque de soutien social de la part et pour les hommes. Ainsi, ils sont plus isolés et moins soutenus dans les moments difficiles.

Nombre de suicides en Suisse en 2019

742 pour les hommes
73%
276 pour les femmes
27%

En moyenne, à l’échelle mondiale, un homme se suicide chaque minute.

Une étude menée par l’Observatoire de minds auprès de 355 participants sur 3 comportements clés, montre que :

 Concernant la recherche d’aide, les hommes demandent moins souvent de l’aide que les femmes (9% de moins). Les sources d’aides peuvent être formelle (professionnel.le.s de la santé mentale), semi-formelle (médecin généraliste, travailleur.se.s sociaux, représentant.e.s religieux.se, etc.) ou encore informelle (les proches) et relever de l’auto assistance (ressources en ligne, livres, etc.)

 Concernant la capacité à prendre soin de soi, les hommes agissent de manière moins bienveillante envers eux-même que les femmes (14% de moins) Les manières de prendre soin de soi sont nombreuses : pratiquer une activité physique, s’octroyer des moments de détente (bienveillance émotionnelle), apprendre à se connaître et s’accepter soi-même (bienveillance spirituelle), passer du temps avec des gens qu’on apprécie (bienveillance sociale).

 Concernant le rapport à l’autre et les relations sociales, les hommes apportent moins de soutien à autrui que les femmes (moins 9%). Ce que l’on appelle le soutien social prend de nombreuses formes : écouter activement une personne, encourager une personne à pratiquer la bienveillance envers elle-même, organiser des activités pour remonter le moral d’une personne ou fournir apporter une aide matérielle

Une souffrance encore mal connue

Souvent, la souffrance psychique des hommes reste invisible en raison d’une incapacité à la déceler et d’un manque d’interventions efficaces pour la traiter. La santé mentale des hommes étant trop peu étudiée, nous manquons de connaissances sur le sujet.

Ces connaissances sont pourtant absolument nécessaires pour comprendre la souffrance mentale des hommes et la traiter de manière efficace. On constate également des problèmes de diagnostic, parfois liés aux stéréotypes de genre brouillant la vision des médecins. Par exemple, il a été démontré que les médecins sont plus susceptibles de diagnostiquer la dépression chez les femmes que chez les hommes, même en cas de symptômes identiques.

« Les techniques d’intervention ont été développées à partir de la recherche faite avec des femmes »
Brigitte Lavoie, psychologue

Agir en faveur de la santé mentale de toutes et de TOUS

C’est pourquoi l’Observatoire de minds a besoin de recueillir des données, non seulement sur la santé mentale des Genevoises mais également sur celle des Genevois. Plus nous aurons d’informations sur la santé mentale des hommes, mieux nous serons à même de leur donner des moyens efficaces de favoriser leur santé mentale.

« La souffrance n’est ni masculine ni féminine. Ce qu’il faut comprendre, par contre, c’est que l’expression de la souffrance est très socioculturelle »
Philippe Roy, spécialiste de la prévention du suicide et de la santé mentale au masculin

Nous faisons ainsi appel à tous les hommes de Genève, afin de lutter contre la différence de traitement dont ils font l’objet dans le domaine de la santé mentale: participez à notre enquête, et permettez-nous de créer des outils efficaces pour favoriser votre santé mentale dans le cadre du projet #agirpourmasantementale !

L’importance de la diversité

Afin de s’assurer que nos résultats s’appliquent au plus de gens possibles, il nous faut des participant.e.s d’âges, d’orientations sexuelles, d’identités de genre ou encore de niveaux de formation différents. C’est ce que l’on appelle la représentativité.

Par ailleurs, il est important de se rappeler que l’identité de genre ne se réduit pas à une vision binaire entre homme et femme, puisqu’il existe également des personnes qui s’identifient différemment, telles que les personnes non-binaires. Il est d’ailleurs possible pour ces personnes de s’identifier comme telles dans notre enquête.

Où trouver de l’aide en cas de besoin?

Sources

  1. Huffington Post, Ces messages originaux sur la santé mentale des hommes sont plus importants qu’ils en ont l’air, 25 avril 2018.
  2. La Presse, Santé mentale au masculin: aider les hommes à s’aider, 3 avril 2016.
  3. Movember.com, Problèmes de santé mentale.
  4. Observatoire suisse de la santé (OBSAN), Suicide et suicide assisté, 7 juin 2021.
  5. Pereira, A., Dubath, C., & Trabichet, A.-M. (2021). Les déterminants de la santé mentale: Synthèse de la littérature scientifique (minds 01/2021). Genève: minds – Promotion de la santé mentale à Genève.

Par homme nous entendons toutes les personnes qui s’identifient au genre masculin.